Aujourd’hui on « patouille » la peinture !

Alors là !!!!  Aie Aie Aie Kézako ce charabia !!!  On fait quoi avec quoi ? Voilà exactement le genre de réaction que l’on peut avoir quand on se trouve à lire des conseils en décoration murale : « Les peintures acryliques constituent sans nul doute le meilleur choix pour un travail sur plâtre mais il est aussi possible de travailler à l’aide de peintures à l’huile » jusque-là ça va ! « Les peintures à base de colle, de méthyle cellulose ainsi que les peintures à la détrempe et à la cire peuvent être employées »

 Bon, je ne sais pas pour vous, mais pour moi, j’aime les choses simples et claires, faciles et amusantes, à mettre en œuvre. Voici donc quelques recettes, un petit pense bête de la peinture pour laisser votre imagination à la création et moins à la technique. Je vous conseille d’essayer toutes ces recettes sur des petites surfaces avant de vous lancer sur un mur entier ! Belle découverte à vous et n’oubliez pas que vous pouvez nous envoyer des photos de vos créations et nous demander des conseils complémentaires.
Alors notre COLLE METHYL-CELLULOSE c’est quoi ?!!!
C’est fabriqué à partir de la cellulose du bois qui est diluée dans de l’eau dans la proportion de 100 gr pour 1 litre ½ d’eau. On ajoute des pigments et on obtient de la peinture ! Attention aux grumeaux lors du mélange, c’est comme la pâte à crêpe !
Mais commençons par le commencement : LA PALETTE DE BASE (Pour aquarelle, gouache, acrylique, huile). Toutes les couleurs ont pour base des pigments colorés à l’état de poudre fine et sèche. Leur origine est très diverse, se sont, soit des terres naturelles ou calcinées, soit des résidus animaux ou végétaux, soit des pierres, soit enfin des corps de formation chimique. Les couleurs les plus solides sont les terres.
Avec cette palette de base, il est possible par mélange d’obtenir toutes les variétés de couleurs.
 Outremer, Bleu cobalt clair, Vert émeraude, Jaune citron, Blanc d’argent ou zing, Rouge de cadmium clair, Ocre jaune, Ocre rouge, Terre d’ombre naturelle, Terre de sienne brulée, Carmin et Noir d’ivoire
  LES TECHNIQUES DE PEINTURE :
L’AQUARELLE
C’est une peinture à l’eau (à base de pigments et de gomme arabique). On peut y ajouter
du miel et de la glycérine pour rendre les couleurs moites, c’est-à-dire d’un aspect un peu humide (eau, ciel etc.). Le grand secret de la technique de l’aquarelle est l’emploi de l’eau au minimum. Le support est généralement du papier plus ou moins épais.
LA GOUACHE
C’est une détrempe à l’eau gommée (en clair de l’aquarelle) mais beaucoup plus épaisse. Les valeurs ne sont pas obtenues grâce à la transparence comme pour l’aquarelle mais, par ajout de blanc. Le support est là aussi du papier plus ou moins épais.
LE PASTEL
Le pastel est une poudre solidifiée faite de pigments de couleurs broyées à l’eau et agglutinés à l’eau gommée à laquelle on ajoute de l’eau, du savon, du talc, du kaolin avec un pourcentage différent selon que l’on veut obtenir des pastels tendres, mi-durs ou durs. Vous pouvez, par jeu,  essayer vos propres mélanges, prenez des notes et faire des essais sur papier.  Le pastel gras est un mélange de pigments, de cires hydrocarbonées et de graisses animales.
 LA PEINTURE A L’HUILE
On peut peindre à l’huile sur tous matériaux pourvu que le soutien de la couleur soit une surface recouverte d’un enduit qui évite le contact direct avec le support. Ce qui est chimiquement nuisible aux deux éléments. Le bois, le contreplaqué, l’Isorel, la pierre sous toutes ses formes calcaire, marbre, ardoise, plaque de lave, le métal, le papier, le carton, les toiles sont aptes à recevoir une pellicule picturale après passage d’un enduit. En général les anciens ont peint sur bois préalablement préparé à la caséine ou au plâtre fin. La toile fait son apparition au 16ème siècle.
Recette de la colle à la caséine : 100gr de fromage blanc o% de matière grasse + 5gr d’ammoniac + eau + pigment. On peut également prendre les tubes de peinture à l’huile et utiliser en liant pour peindre sur la toile ou tous supports préalablement préparés la recette suivante : 1 part d’huile de lin + 1 part de white spirit  + 3 à 5% de siccatif de coudray (en grande surface  bricolage. Les proportions en huile de lin et white spirit peuvent être plus ou moins importante, plus on met d’huile de lin et plus le séchage est lent, plus on met de white spirit plus le séchage est rapide.
PEINTURE A LA COLLE
L’agglutinant ou le liant ou enfin quoi le truc qui fait que cela se mélange correctement et reste stable dans le temps. L’agglutinant donc, se compose d’eau et de colle. La colle la plus employée est la colle de peau faite avec des déchets d’animaux
 Elle présente sous forme de plaques ou de boulettes que l’on met à tremper dans l’eau 24 h à l’avance. Ces plaques absorbent la quantité d’eau nécessaire, on la fait fondre ensuite au bain marie et elle doit être mélangée tiède aux couleurs en poudre (pigments) et constamment réchauffée car elle devient gélatineuse en refroidissant. Il est possible de rajouter un peu d’eau si l’on trouve le mélange trop épais et trop fort en colle.  Il existe dans le commerce des colles que l’on peut employer à froid. Le Méthyl de cellulose et les colles pour papiers peints vinyls (Glutolin spécial de QUELYD)
L’utilisation de cette peinture peut se faire sur des supports comme la toile ou les murs mais attention à bien préparer les fonds pour gommer toutes les petites irrégularités et pour permettre à la peinture de se fondre et donner un maximum d’éclat.
 PEINTURE A L’ŒUF
La peinture à l’œuf, aussi appelée tempera à l’œuf, a surtout été employée par les anciens avant l’invention de la peinture à l’huile. C’est une admirable technique qui a l’avantage de conserver sa fraicheur avec un minimum de craquelures. Les formules à employer avec les poudres de couleur préalablement broyées à l’eau ont de très nombreuses variantes.
 3 formules
  1. Ne prendre que le jaune et extrait de sa membrane. Déposer le jaune dans un petit récipient et verser dessus quelques gouttes de vinaigre de vin pour le délayer et mieux le conserver. Chaque fois que l’on veut préparer une couleur, on mélange au couteau à palette sur la plaque à broyer, jaune d’œuf et couleur en quantité égale.
  2.  Une partie de jaune d’œuf avec une partie d’huile de lin + deux parties d’eau et de vinaigre à égalité de volume.
  3.  Recette vénitienne, Le mélange qui donne la plus belle matière se compose de 3 parties égales : un œuf complet jaune et blanc, le blanc sert à augmenter la transparence et le jaune assure le succès de l’émulsion d’un corps graisseux avec une substance aqueuse. On ajoute du vernis à tableau à l’huile (l’œuf) et vinaigre de vin. Lier le mélange avec un fouet.
 La peinture à l’œuf est un excellent dessous pour la peinture à l’huile. C’est la technique la plus solide, une fois sèche elle ne se dissout ni à l’eau, ni à la térébenthine, ni à l’alcool. Par contre elle sèche très vite ce qui rend compliqué la réalisation des fondus et des dégradés par exemple. L’œuf la rend très sensible à l’humidité et aux moisissures. Donc attention à la bonne conservation. C’est pourquoi, si vous fabriquez votre peinture vous-même, fabriquez-là au fur et à mesure de votre usage, ne pas la stocker elle moisirait. Et contrairement à l’aquarelle ou à la gouache, il est possible de superposer les couches
PEINTURE AU LAIT
 Hé oui, la peinture au lait, comme la peinture à l’œuf ou au fromage blanc existe ! A utiliser sur le bois mais à éviter sur les objets précieux. Notre petite recette :  500 gr de chaux aérienne hydratée + 40 cl de lait écrémé + 25 cl d’huile de lin + 1,8 kg de blanc de Meudon ou blanc d’Espagne (c’est identique)
Mélanger la chaux avec un peu de lait jusqu’à obtention d’une crème épaisse. Incorporez peu à peu de l’huile de lin, le reste du lait et le blanc de Meudon. Ajoutez un pigment pour colorer la peinture si vous le désirez. Se conserve 2 à 3 jours au réfrigérateur.
Et enfin pour finir notre « petit horizon » TRÈS IMPORTANT LE GESSO
Base universelle à poser sur les supports ? hé oui ce fameux « gesso » que l’on retrouve un peu partout comment le faire soi-même ? Il est possible de l’utiliser sur de la toile, du bois, du papier mâché ou du carton ? Voili voilou la réponse :  la recette qui consiste à mélanger du carbonate de calcium (le blanc de Meudon ou blanc d’Espagne) et de la colle animale (type colle de peau de lapin).
1. Faire gonfler pendant 24 heures 200 g de colle de peau en poudre dans 1 demi litre d’eau. Pour l’utiliser, faire tiédir le mélange au bain Marie. Quand la colle devient visqueuse et collante, elle est prête.
2. Peser la colle liquide et ajouter le même poids de blanc de Meudon. La consistance doit être celle d’une pâte à crêpes un peu épaisse. Filtrer le mélange.
3. Passer le gesso sur le bois au pinceau en suivant le fil. Laisser sécher, puis poncer légèrement.
4. Passer une seconde couche. Laisser sécher, poncer à nouveau si des fibres de bois sont encore présentes.
 
AMUSEZ VOUS ! BONNES CRÉATIONS !  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s